0

La misère sexuelle

Pour un homme « quelconque », il n’est pas évident de plaire aux femmes et encore moins de coucher avec elles. Les femmes, de leurs côtés, ont toutes les peines du monde à dénicher un partenaire sexuel performant. En France, on surnomme cet état de manque la « misère sexuelle », la solitude sexuelle ou bien encore la détresse sexuelle.

Prenons bien de soin de distinguer la misère sexuelle de la misère affective. De nos jours, le sexe et ses nombreux dérivés sont largement banalisés. Cette vulgarisation sexuelle normalise les relations toujours plus assumées et débridées. On en vient même à imaginer qu’il est simple de trouver des partenaires sexuels. La différence est telle entre le sexe vendu et la réalité, qu’elle nous “oblige” à être constamment en état de manque.

Du coup, c’est souvent notre vie intime qui trinque ! Nombreux sont les hommes et de femmes, célibataires ou non, qui se retrouvent ainsi plongés dans la spirale de « la misère sexuelle » (à ne pas confondre avec la misère sentimentale) et croire être une exception. Attention, nous ne parlons pas ici de misère amoureuse (même si un couple peut perdurer sans avoir une vie sexuelle digne de ce nom) mais bien de misère sexuelle.

misère sexuelle

 

La misère sexuelle : un tabou

Tabou majeur dans notre société, cette vérité affective est totalement méconnue. C’est tabou parce que l’homme en obligé de conserver une image d’homme Alpha, celui qui ne doit pas se lamenter quand il souffre et qui ne montre aucune faiblesse. Par ego, beaucoup d’hommes ne se plaignent pas ou s’inventent une vie alors qu’ils souffrent de la misère sexuelle.

A lire aussi : Mâle alpha : les 10 caractéristiques qui rendent un homme attirant

C’est un tabou également parce qu’une femme qui assumerait le fait d’avoir bien des difficultés à chercher un homme qui lui fait bien l’amour passerait pour la « salope » ou la « nympho» de service. En fin de compte, c’est comme si le mec déclarait à son monde : « je ne suis pas baisable ! ». Même si on considère au fond que c’est la vérité, on se garde bien de le dire.

Scientifiques, philosophes, artistes, tous ceux qui se risquent à évoquer ou prendre position sur ce sujet sont irrévocablement traités de losers par la bien-pensance ou le dogme de la pensée unique. Quelle injustice ! On le sait, évoquer cette misère sexuelle au grand public permettrait aux personnes concernées de se rassurer, d’avoir moins honte de leur état affectif. Si le sujet vous titille l’esprit, nous vous conseillons de parcourir quelques essais de Michel Houellebecq ou d’écouter les premières compositions musicales du rappeur Orelsan.

misère sexuelle

Les féministes, dans leur grande majorité, s’obstinent toujours à nier la misère sexuelle des hommes. Elles vont même jusqu’à dire qu’elle aurait été purement imaginée pour justifier les viols. Cela n’a évidemment aucun rapport ! La misère sexuelle ne peut absolument pas servir de justification quel que soit l’acte répréhensible perpétué. Il s’agit ici d’une réalité misérable mais sur laquelle il faut se pencher, échanger, débattre pour trouver des solutions plutôt que de la nier… Attachons-nous à démontrer pourquoi la misère sexuelle existe belle et bien. Expliquons en les causes avant d’y proposer des remèdes.

misère sexuelle

Les chiffres de la misère sexuelle

Nombre de partenaires

Il faut savoir que les statistiques sont assez préoccupantes. L’étude IPSOS 2015 révèle qu’une femme connaît en moyenne 8 partenaires sexuels dans sa vie, contre 11 pour l’homme. On pourrait trouver ces chiffres tout à fait normaux si les gens éprouvaient de la satisfaction au lit. Hors, les révélations de l’étude nous prouvent que c’est bien loin d’être le cas.

Peu de plaisir

Une autre enquête, IFOP de 2015, révèle que les françaises seraient en queue de peloton en ce qui concerne la « quête de l’orgasme » : 49% d’entre elles avouent avoir souvent des difficultés à atteindre l’orgasme. C’est la proportion de femmes la plus élevée de tous les pays où les investigations ont été portées dans l’objectif de cette enquête.

37% des françaises reconnaissent jouir au moins une fois par semaine dans les 12 dernières semaines, ce qui représente la plus faible part observée dans les pays interrogés en Occident. 52% des françaises ont déclaré avoir régulièrement joui avec un partenaire durant leur vie, soit un taux très en dessous de celui observé dans les pays d’Europe de l’Ouest ou même en Amérique du Nord. 31% d’entre elles reconnaissent également simuler assez souvent l’orgasme avec leur partenaire, soit le niveau le plus élevé observé dans les mêmes pays. Et enfin, 25% des françaises semblent ne pas avoir atteint l’orgasme lors de leur dernier rapport, un pourcentage record en Europe, quasiment deux fois plus important par exemple que chez nos voisins hollandais (15%).

misère sexuelle

Masturbation et sites pornos

Les hommes, eux, se masturbent pour remédier à leur manque d’orgasme, alors que les femmes admettent bien volontiers un manque même si c’est encore difficile de l’admettre. On constate aussi une forte progression des fréquentations des sites pornographiques pour pallier à ce manque. Nous nous gardons bien de communiquer ces chiffres dans le but de défendre l’indéfendable (viols et autres  harcèlements). Nous les utilisons pour alerter les consciences sur la dure réalité des faits.

misère sexuelle

Notre société ultra-sexualisée n’est qu’un mirage, ce n’est en aucun cas la réalité du commun des mortels… C’est peut-être la vérité pour quelques « avantagés » mais ça s’arrête là !

misère sexuelle

 

Quelles sont les causes de la misère sexuelle ?

On observe, dans les clubs de nuit dits « classiques » (on n’évoquera pas ici les sphères trop « select » où le tarif d’accès est juste démentiel et où seuls quelques privilégiés ont un portefeuille assez fourni pour y franchir les portes), qu’il y a plus ou moins 1 fille pour 9 mecs : le mec lambda est donc quasi certain de se la mettre sur l’oreille à chaque fin de soirée.

Sites web et autres applications mobiles de rencontres paraissent alors comme des valeurs sûres de refuge ! Ils permettent de combler cette misère sexuelle. Contrairement aux idées reçues ou ce qu’elles aiment nous faire croire, les femmes plébiscitent de plus en plus les rencontres virtuelles au détriment des rencontres IRL (In Real Life).

Applis et sites de rencontre sont de plus ouvertement conçus pour la gent féminine. Ce n’est un secret pour personne, les inscriptions à ces plateformes sont le plus souvent payantes pour les hommes et gratuites pour les femmes. Cela dit au passage, les boîtes de nuit observent exactement le même stratagème ! Pourquoi ? Là aussi la réponse est simple : en acceptant le plus de nanas possible on s’assure la venue des hommes. Osez dire que l’inverse fonctionnerait ?

On note toutefois des applis se démarquer qui proposent eux un accès gratuit à leurs services de rencontre pour la gent masculine. Ne nous le cachons pas, sur ces dernières les filles sont très courtisées, autant dire que pour un mec c’est la croix et la bannière pour obtenir une réponse. Ce sont deux réalités complètements opposées. L’étude d’OKcupid souligne le fait qu’un homme résolument séduisant ne reçoit pas plus de message que la fille la moins désirable. C’est assez surprenant, mais ça illustre bien toute la peine et la misère sexuelle des hommes.

misère sexuelle

 

Misère sexuelle : les raisons

Les rencontres opportunes dans les lieux publics, apparaissent comme lourdes et sont généralement très critiquées. On blâme les mecs de dragueurs, de crevards, de persécuteurs, etc. Le féminisme, dans sa version la plus excessive, subi aujourd’hui par les hommes est en partie responsable de l’ampleur de cette misère sexuelle parce qu’il tend à culpabiliser les gens qui apprécient draguer ou se faire draguer.

Preuve en est, nombreux sont les hommes qui portent leur choix sur des femmes des pays slaves et ou des pays asiatiques pour s’assurer une compagnie moins intransigeante, moins accaparante, moins “difficile” que les françaises. Attention, n’en concluons pas ici que toutes les françaises se comportent comme des princesses mais il y a tout de même un peu de ça quand même).

Un gars « commun » à peu souvent l’occasion de faire des nouvelles connaissances grâce à ses amis (et encore moins si sa vie sociale se limite à son lieu de travail). N’oublions pas cette norme totalement grotesque véhiculée par le milieu de la pornographie, les messages publicitaires et certains longs métrages qui imposent volontiers aux yeux de tous une vie amoureuse et sexuelle purement fantasmatique voir irréelle. Conclusion, on assiste à l’évolution troublante d’une société où il devient de plus en plus compliqué de faire des rencontres car elle éloigne continuellement les gens les uns des autres. Et où paradoxalement, le sexe s’affiche largement dans les médias, faisant naître chez les gens normaux le sentiment d’être anormaux. Alors que c’est complètement faux !

 

Les solutions proposées

Admettre qu’il y a un problème

Difficile de trouver une solution immédiate à un problème sociétal aussi « tû », encore plus lorsqu’il concerne les identités de genre ! Toutefois, si on prend en considération que le mal est reconnu et assumé, il devient alors possible d’y trouver un remède. Même si le sujet est assez grave, il faut en convenir, nous ne demandons en aucun cas à la société ni aux féministes d’ouvrir les yeux sur celui-ci. Servez-vous de vos expériences, de votre vécu et forgez-vous votre propre opinion. Si en votre âme et conscience, vous admettez qu’il y a bel et bien un problème : c’est déjà un grand pas vers la solution.

Education à la séduction

Le game peut aisément vous initier à l’art de la séduction. Vous ferez ainsi plus facilement de belles  rencontres et éviterez les erreurs bêtes qui repoussent les femmes. Assumez-vous en tant qu’homme avec vos désirs sexuels, vos envies, vos objectifs de vie à deux. On a l’impression qu’une pensée bien répondue imposerait à l’homme de jouer les gentlemen et de se préserver sexuellement… tout ça pourquoi ? Pour passer pour un mec formidable, bien sous tous rapports ? Non… pour coucher ! C’est une totale hypocrisie, on ne peut que louer l’attitude des femmes qui envoient balader ces imposteurs.

Découvrez les formations pour devenir bon dans le game !

De nos jours, les femmes évitent de plus en plus de jouer les fausses vertueuses. Il faut dire que leurs « idoles » de référence ne sont plus vraiment les mêmes que par le passé : Beyoncé, Rihanna ou encore Nicki Minaj pour ne citer qu’elles ! La femme moderne affirme son désir de liberté et d’indépendance, en revanche elle ne crie jamais sur les toits qu’elle se plaît à être volage voire très portée sur le libertinage… La communauté de la séduction rapporte que même si la pénétration d’une nana n’est pas un accomplissement en soi, il est fondamentale de s’assurer de la jouissance de sa partenaire ! Le jour où les filles seront certaines d’être davantage respectées, et que le sexe sera au niveau de leurs attentes, elles seront plus décidées à coucher. Au final, tout le monde y trouverait son compte !

 

Misère sexuelle féminine

Elles peuvent coucher facilement mais souvent ce n’est pas terrible

Il faut savoir que les femmes aussi ont à subir la sexualité masculine pauvre. Et là, il est bien difficile pour elles d’éprouver quelque plaisir que ce soit. Cela joue énormément sur leur motivation, voilà pourquoi la plupart des femmes vous diront que le sexe sans amour n’a absolument aucun sens !

Disons-le tout net, il est fort probable que ces nanas n’aient jamais été vraiment bien baisées ! Je suis très sérieux là, lorsque je couche avec des filles, elles m’avouent très souvent qu’elles n’avaient pas pris leurs pieds depuis longtemps avec un homme ou que je suis le meilleur coup de leur vie. Je n’affirme pas ça par pure vantardise mais bien pour alerter l’opinion masculine : il y a un problème, les gars ! Il est temps de prendre sur vous, de vous poser les bonnes questions si vous souhaitez enfin devenir des bons coups…

Les hommes ont intérêt à bien baiser les femmes

Une nana qui serait quasi-certaine de s’envoyer au 7e ciel et de toucher l’extase, serait bien moins réticente à coucher. Quand on voit que bien des femmes affectionnent les sorties en boîte, souvent pour y boire verres sur verres (ce qui au passage est très mauvais pour la santé) en essayant de nous faire croire que le sexe ne les intéressent pas (alors que c’est bon pour la santé et l’estime de soi), quel gâchis ! Les gens sont tous équipés d’un cerveau, ils sont donc tout à fait capables de réfléchir par eux-mêmes ! Sur ce point, il serait bon que les filles ne montent plus systématiquement sur leurs grands chevaux quand elles se font accoster par des dragueurs, car quand ça se produit c’est assez risible.

La nana fait mine de jouer la maline, lançant des piques déplaisantes voir méchantes, avant de finalement dire oui et coucher… alors qu’après l’acte sexuel, elles me téléphonent toutes pour me supplier de les baiser à nouveau.

A découvrir : Le guide du bon coup

 

Ma vidéo sur la misère sexuelle

 

Conclusion sur la misère sexuelle

D’une manière générale, on constate que les femmes se moquent complètement qu’on essaie de s’intéresser à leurs petites personnes. Au lieu d’apprécier le fait que les hommes ouvrent leur cœur pour les charmer, elles préfèrent jouer les femmes prudes presque saintes-nitouches. D’emblée, elles qualifient les mecs qui les abordent de pervers ou de morts de faim désespérés prêts à tout pour baiser… Comment voulez-vous qu’on trouve le courage de s’intéresser à elles avec ce type de réactions négatif ? Avouez-le, il n’y a plus de respect !!!

Nous pouvons facilement conclure qu’il reste beaucoup de travail en matière de rééducation des hommes. Cependant, les femmes ont elles aussi matière à se remettre en question. La frustration née de ce problème est également un peu de leur responsabilité (naturellement elles s’obstineront toujours à nier les évidences, il en va de leur image sociale).

Il faut qu’elles prennent conscience qu’elles doivent elles aussi changer leur comportement, leur manière d’interagir, pour le bien commun ! Comme nous l’avons expliqué précédemment, les deux sexes éprouvent des difficultés. Il est donc fondamentalement important d’établir un dialogue constructif afin d’y remédier. Nous terminerons avec ce proverbe persan : “Si ce n’est par l’union de deux corps, comment ferait-on l’homme ?”. Arrêtons d’écouter ces idioties de revendications féministes et de croire que notre société hyper connectée nous sauvera quoi qu’il advienne ! Cette dernière fabrique d’ailleurs des âmes seules sans relâche. Ne faisons plus comme si nous ne savions pas que la misère sexuelle existe ! Elle est bien réelle et nous avons les moyens d’y mettre un terme ! Alors bougeons nous, tous un peu à notre niveau et changeons les choses.

 

Votre coach en séduction qui ne veut surtout pas que vous fassiez une dépression à cause de la misère sexuelle,

Fabrice Julien

Le Séducteur Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *